La Septième Face, tome 1 - Et la Grande Coasseuse créa le Cube de Svetlana Kirilina


Editions : Auto-édité - Svetlana Kirilina
Auteur : Svetlana Kirilina
Parution : 21 Novembre 2015


Résumé :
Perdu au fin fond d’une galaxie, tourne un monde cubique. Oui, oui, parfaitement. Un immense Cube avec ses Faces, ses Arêtes et ses habitants qui vouent un culte à la Grande Coasseuse.

Et dans ce monde étrange peuplé de mordantes à épines et de sauterelles à dents de sabre, le jeune Machin Schauze découvre que son oncle lui a légué un bien encombrant héritage…

Mon avis :
Merci à l’auteur de m’avoir proposé de donner mon avis.

C’est une bonne surprise. Je me posais pas mal de questions au début et surtout j’essayais de m’habituer à l’écriture ainsi qu’à la tonalité du roman. 
C’est burlesque, je n’ai pas arrêté de sourire en suivant Machin Schauze, notre personnage principal. Son caractère est attendrissant. Dans un certain contexte il aurait pu, peut-être énerver mais ici, HA HA je l’adore !

Lors de la mort de son oncle, Machin doit partir chercher la Septième Face car c’est la dernière volonté du mort. Malheureusement, on ne peut pas déroger à cette règle, il va partir contre son gré en compagnie de Crapaud, euuuh Kras Poth. =P 
Entre l’un qui ne sait rien et l’autre qui sait pas mal de choses, ha ha on rigole. On aurait pu croire que ça ne fasse lourd et pourtant pas du tout. =p Rigolade en vue !

Comme vous le voyez, avec le nom du héros, Machin Schauze, on se dit que ça promet à l’intérieur du roman. Eh beh oui ! Ces « jeux de mots » n’arrêtent pas et j’ai adoré les découvrir tout au long de ma lecture.
Au début, tu te dis : « mais dans quel monde tu t’es mise ? », « Qu’est-ce qu’est cet univers particulier et ce héros râleur qui fait sourire » ?
Machin râle tout le temps. Jamais content c'est pour ça qu'on se prend d'affection pour lui.
C'est un peureux courageux. Oui, courageux car il y va quand même. Il s’interroge beaucoup et d’ailleurs ça énerve Kras. Leurs dialogues sont cocasses et ça évolue bien. Kras, c’est un peu monsieur « je-sais-tout » et si on n’est pas dans sa logique ou cultivé, il te descend. Ha Ha ! Mais c’est drôle. J’avoue que je râlais car je disais pauvre Machin mais on sourit assez souvent. Machin très peureux au début va s’affirmer au fur et à mesure. 
D’autres personnages vont arriver qui sont toujours uniques mais je n’en dis pas plus. Chuuuut !

Le début est un peu long car on se demande ce qu'il se passe et surtout on essaye de comprendre cet univers appelé Cube avec ses Faces. Chaque Face est un peu comme un pays voire un continent mais pas ronde comme la Terre. En tout cas c'est comme ça que je l'imagine. Puis, je rentrais de plus en plus dedans. C'est « doux », ça se lit très facilement et les personnages sont mémorables.
L'univers est très intriguant et fascinant. L'auteur a créé un monde original et burlesque. C’est très différent de ce qu’on connaît mais tellement entraînant, captivant et mordant. MOUHAHAHA ! =D Chaque Face a son propre fonctionnement, son propre environnement. L’imaginer est quelque peu difficile mais c’est bien décrit donc on peut imaginer approximativement. 

On s'aventure dans le  Cube (le monde), on découvre la faune en partant à la recherche de la mystérieuse Septième Face. Quand on s'approche de la fin, déjà qu'on se posait vaguement des questions. Là l'histoire prend un tournant et ça devient de plus en plus mystérieux. Une aventure qui a ses péripéties avec ses obstacles prend des proportions. Ça se lit très facilement. Svetlana Kirilina a une écriture agréable et dynamique. Ce style d’écriture nous emporte dans ce burlesque tout en étant pas pesant voire pénible. C’est un très bon point. On se laisse entraîner dedans avec Machin et ses péripéties qui nous amusent et nous font découvrir tout un monde qui demande à nous dire bonjour.


Première fois que je mélange la fantasy et le burlesque et je ne suis absolument pas déçue. J’ai adoré découvrir la plume de l’auteur ainsi que cet univers qui nous laisse pas indifférent. C'est particulier, comique avec un monde pas commun, drôle, mordant et unique. Il nous attire et nous laisse tourner les pages pour qu’on sourie tout le temps. Je lirai volontiers la suite surtout que je commençais vraiment à m’éclater.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy